Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En route !

Publié le

Malheureusement non, ce titre ne signifie pas que nous partons à nouveau en vacances, mais juste que, plus de 3 mois après notre retour d’Espagne, nous nous décidons enfin à clore ce chapitre. C’est fou comme le temps passe vite, déjà plus de 100 jours que nous sommes rentrés et que nous n’avons plus connu des températures telles que celles vécues en cette fin d’avril madrilène. Au vu de la météo « estivale » dans nos Vosges, il faut se rendre à l’évidence, nous avions donc passé nos vacances d’été en Espagne…

Trêve de divagations et revenons à nos moutons taureaux.

En route !

Comme souvent nous optons pour le retour à la maison version longue, avec visites supplémentaires. Alors que la logique aurait voulu que nous nous dirigions vers le nord-est, nous partons plein…ouest direction l’Escorial. Suivrons Avila, Ségovie, Saragosse puis quelques autres arrêts avant de regagner la France.

Le monastère de l'Escorial et ses jardins.Le monastère de l'Escorial et ses jardins.

Le monastère de l'Escorial et ses jardins.

Petite commune nichée au cœur de la Sierra de Guadarrama à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Madrid, San-Lorenzo-de-El-Escorial abrite une ancienne résidence du roi d’Espagne. A l’origine, c’était un monastère d’où le côté plutôt austère des bâtiments. Accessoirement, c’est aussi ici que sont inhumés quelques uns des rois d’Espagne, ce qui ne contribue pas à égayer les lieux.

Par contre, la commune est plutôt agréable et tranche avec la froideur du palais.

Après cette brève pause, nous remontons en voiture, direction Avila, en profitant de jolies petites routes de montagnes qui nous offrent de très beaux points de vue sur l’Escorial. Et qui permettent surtout de se rendre compte de son gigantisme.

En route ! En route !

Arrêt suivant, Avila. Grosse commune de près de 60 000 habitants, à plus de 1 100m d’altitude, connue mondialement pour une certaine Sainte-Thérése (d’Avila). Ce n’est pas pour elle que nous y faisons un détour mais plutôt pour ses murailles médiévales entièrement conservées.

En route ! En route !

A la vue des murs, on se dit que les maçons ont bien bossé, mais qu’au final, ils ont bâclé la décoration. Visite de la ville que nous allons expédier car nous ne trouverons pas grand-chose d’intéressant à y voir, si ce n’est la désinstallation du marché qui nous a « pourri » la vue de la place centrale, ou les nombreuses cigognes noires qui nous aurons bien amusé. Mais bizarrement ici aucune boutique ne vend de (moche) peluche cigogne. Si un producteur alsacien a des excédents de stocks, il y a peut-être un marché à prendre… Nous regagnons donc rapidement la voiture et quittons une ville quasi déserte, à croire que tous les autochtones étaient partis faire la sieste en ce début d’après-midi.

Presque 2 heures de route plus tard nous arrivons à Ségovie, capitale de la province du même nom. Comme Avila, c’est une ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son aqueduc romain et sa vieille ville.

En route ! En route !

Petite balade très agréable dans la vieille ville en compagnie de très nombreux touristes, ce qui tranche avec le calme connu à Avila quelques heures plus tôt.

En route ! En route !

Petite pause gourmande pour tester les churros, quelques photos de cigognes, puis il est temps de reprendre la route direction Saragosse où nous avons prévu de passer la nuit.

En route !

4 heures de route plus tard, nous arrivons enfin à Saragosse. Comme souvent, on galère un peu à trouver l’hôtel. Pourtant, il y avait bien des panneaux l’indiquant à l’entrée de la ville puis, arrivés près du centre-ville, plus rien. Etonnant. Ceci dit, hôtel idéalement situé. Certes l’avenue est un peu miteuse, mais la vue sur le fleuve et la superbe basilique illuminée sont des plus agréables. Il est plus de minuit lorsque nous posons nos bagages dans la chambre, nous sommes crevés, alors Saragosse by night, ce sera pour une autre fois !

Lever pas trop matinal, on profite du buffet petit déj’ en nous amusant du groupe de bikers belge qui font des photos de groupe, devant l’hôtel, avec la basilique en arrière plan.

En route !

Il est presque 10h quand nous nous mettons en fin en route pour visiter la ville. Visite que l’on imagine très rapide dans une ville déserte puisque nous sommes le 1er mai. Raté. Beaucoup de touristes et d’animations dans la ville qui rendront notre petite balade très agréable. On participera même à la manifestation du 1er mai, et réclamerons nous aussi l’instauration de la République, la démission du gouvernement et de meilleurs salaires !

En route ! En route !

Beaucoup de petites rues, des vestiges romains…

En route !

…Et surtout une imposante et superbe basilique parfaitement mise en valeur par la vaste place del Pilar.

En route ! En route !
En route ! En route !

Suffisamment rare pour être signalé, on peut même visiter gratuitement la basilique ! Ce qui est d’ailleurs étonnant puisque peu après une messe débute, d’où un mélange surprenant entre touristes faisant les touristes et croyants venant assister à la messe. Avant de reprendre la route nous nous laissons tenter par un déjeuner léger à base de melon, jambon et tortilla puis nous regagnons la voiture direction la banlieue barcelonaise pour notre ultime nuit espagnole.

Petit crochet par Lleida, pour une visite rapide et dispensable, puis nous décidons de se diriger vers la côte pour profiter de cette fin de journée ensoleillée. Comme nous sommes au sud de Barcelone, la côte est peu intéressante et beaucoup trop urbanisée. Toutefois cela nous permettra quand même de faire un petit goûter au soleil avant de reprendre la route pour trouver notre hôtel dans la banlieue barcelonaise puis dodo !

Dernier petit déjeuner et dernière fois où l’on peut manger des yaourts aromatisés à la banane (introuvables en France, snif…). Nous n’allons pas à Barcelone mais nous arrêtons à proximité, sur le mont Tibidabo que nous n’avions pas eu le temps de visiter lorsque nous sommes venus à Barcelone il y a 3 ans. Outre la très belle vue qu’il offre sur la ville, le Tibidabo accueille une basilique et… un très ancien parc d’attraction dans lequel on peut se balader, en partie gratuitement, pour profiter de la vue et du charme désuet de ses manèges.

En route ! En route !

Le parc a même son aéroport et l'avion le plus célèbre d'Espagne (réplique du premier avion a avoir effectué le vol Barcelone-Madrid).

En route !

Malgré un franc soleil, le vent glacial ne nous incite pas à profiter du cadre. Nous décidons donc de repartir et de rentrer à Narbonne en longeant la côte. Autant la côte au sud de Barcelone n’a strictement aucun intérêt, autant sa beauté est impressionnante à mesure que l’on se rapproche des Pyrénées. Y’a pas à dire, rien de tel que l’alliance montagne/mer !

Roses

Roses

Un ultime arrêt dans le très beau petit village de Cadaqués, où la mer est aussi bleue que les maisons sont blanches, puis nous regagnons la France… sous un énorme orage !!!

En route ! En route !

Encore quelques heures de route puis retour à la maison qui marque la fin de cette petite semaine de vacances à l’issue d’un périple de plus de 3 700 km, riche en découvertes.

C’est quand et où la suite ????

Commenter cet article