Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Merci Michel !

Publié le

En fait non, pas merci Michel Sardou. A cause de toi, nous n’avons jamais croisé autant de français depuis 15 jours que dans le Connemara. Passé ce choc linguistique, il faut quand même avouer que la région vaut le déplacement.

Nous y arrivons donc après une superbe journée de bird watching aux Cliffs of Moher. La route d’accès, à partir de Galway, longe en plusieurs endroits le vaste Lough Corrib. Puis, s’enfonçant dans le Connemara, le relief s’élève, les lacs se multiplient. Avec la luminosité du soir de cette belle journée ensoleillée, le paysage est magnifique.

Merci Michel !

Nous arrivons à Letterfrack, petite commune dans laquelle se situe notre location. 1 église, 1 supermarché, 2-3 petits commerces, 2 pubs et c’est tout. Nous trouvons donc facilement la résidence et la key-box pour récupérer nos clefs. On tape le code. Rien. On recommence. Re-rien. Gloups. On toque à l’appartement du gardien qui est absent. Retour à la key-box, on tente de l’ouvrir et on s’aperçoit qu’il n’y a pas de piles et donc que le code ne risquait pas de fonctionner. Le gardien arrive (sauvés !), nous donne la clef (évidemment, il fallait ouvrir la key-box à l’envers…) et nous montre notre appart’.

Et soudain, c’est le drame. Certes, il a été fraîchement repeint, mais tellement fraîchement que cela sent encore la peinture. Etant au rez-de-chaussée, pas possible de laisser les fenêtres ouvertes en notre absence. Et en notre présence, il y a les odeurs de barbecue du pub voisin. Pas d’eau chaude, pas de frigo branché, des tâches de peinture incrustées au sol… Bref, on sent que notre arrivée a été bien préparée !!! Dommage car l’appart’ n’était pas (trop) mal et bien équipé ! Ce moment de déception passé, on s’installe et dodo.

Programme de la 1ère journée, découverte du Parc National du Connemara dont l’entrée est à 500 mètres.

Merci Michel !

Nous y effectuons une bonne randonnée montagneuse d’un peu plus de 7 km. Elle offre un panorama exceptionnel sur les environs, quasi à 360°, depuis le sommet situé à 445 m d’altitude.

Merci Michel !
Merci Michel !

Nous prenons de nombreuses photos, observons le panorama qui nous permet de bien repérer la géographie locale, écoutons les nombreux français présents en dégustant notre petit déjeuner au soleil. Une fois redescendus, on profite de l’exposition dans les locaux du parc. Des informations intéressantes sur l’évolution de ce territoire sur plusieurs millénaires et sur la façon dont les hommes se sont adaptés à ces terrains marécageux (et dangereux). Et, cherry on the cake, tout cela était gratuit :-)

Merci Michel !

Notre fin d’après-midi est consacrée à l’exploration motorisée des environs. L’abbaye de Kylemore, à quelques kilomètres de Letterfrack.

Merci Michel !
Merci Michel !

Puis la côte sud du Connemara.

Merci Michel !

Arrêt trempage de pieds, nous avons été attirés par une plage de sable fin… Sable qui n’en est pas puisqu’il s’agit de petits cailloux et de coquillages tellement érodés qu’ils en sont microscopiques. L’eau est relativement bonne, mais la plante des pieds trop douloureuse pour poursuivre l’expérience.

Merci Michel !Merci Michel !
Merci Michel !

Retour à la voiture, direction Clifden, la principale ville du Connemara. Nous empruntons la skyroad et profitons de ses beaux panoramas. Moules-frites à Clifden, puis retour à Letterfrack en profitant du coucher du soleil.

Merci Michel !
Merci Michel !

Pour cette deuxième journée, nous quittons le Connemara en direction des montagnes de Murrisk dans le comté de Mayo. Nous passons par les petites routes, ce qui nous permet de bien observer le fjord de Killary. C’est le seul fjord d’Irlande, donc nous ne pouvions que nous arranger pour y faire un arrêt. S’il est quand même plutôt joli, le manque d’eau laisse apparaître le varech en de très nombreux endroits.

Merci Michel !
Merci Michel !Merci Michel !

Depuis la route de montagne que nous empruntons ensuite, nous découvrons une famille de moutons au bord de l'eau.

Un samedi d'été à la plage en Irlande...Un samedi d'été à la plage en Irlande...

Un samedi d'été à la plage en Irlande...

Et de sportifs cyclistes, puis semi-marathoniens, qui participent à leurs épreuves au milieu des voitures. Pas top ! Et puis, d’abord, les compétitions, c’est le dimanche, pas le samedi matin quand les touristes sont en vadrouille J.

Arrivés à Murrisk, point de départ de la randonnée du jour (ascension de Croagh Patrick), on regarde avec craintes les sommets environnants... C’est tout là-haut qu’il va falloir aller ???

Croagh Patrick version dans les nuages le lendemain matin. On a eu de la chance pour la vue dégagée depuis le sommet !!!

Croagh Patrick version dans les nuages le lendemain matin. On a eu de la chance pour la vue dégagée depuis le sommet !!!

Cette randonnée est assez particulière. Si notre objectif est d’atteindre un point de vue à 763 mètres d’altitude, le chemin est aussi celui du pèlerinage de Saint-Patrick. Donc vraiment beaucoup de monde.

Le circuit est on ne peut plus simple. 4km de montée ininterrompue puis descente par le même chemin. La pente s’élève rapidement et permet très vite d’avoir une belle vue sur la magnifique baie de Clew. Plusieurs pauses photos au cours de la montée puis pause repas au premier sommet, après 3 km, face à la baie.

Merci Michel !
Merci Michel !

Rassasiés, on reprend le chemin pour la dernière partie. Quasi 300 mètres de dénivelé à avaler en moins d’1km, sur un terrain mélangeant terre glissante et gros cailloux instables.

Merci Michel !Merci Michel !

Si la montée n’est déjà pas simple, que dire de la descente vu les techniques peu académiques utilisées par les personnes que nous croisons. Enfin la délivrance quand nous atteignons le sommet. Panorama exceptionnel, à 360°, on profite du paysage, lisons les consignes très strictes des « stations du pèlerin » (du style « faire 15 fois le tour de la petite église en récitant 15 Notre Père, 15 Avé Marie »), hallucinons en lisant que des messes sont célébrées ici tous les dimanches et en imaginant le prêtre et les fidèles galérer dans la montée.

Merci Michel !Merci Michel !

Désormais, nous savons que Saint-Patrick n’est pas que le saint-patron des buveurs de Guinness en France. C’était aussi un sacré randonneur !

Un beau panorama à 360°
Un beau panorama à 360°

Un beau panorama à 360°

A gauche, vers le bas, chemin de Croagh Patrick. A droite sur la crête, le chemin de pèlerinage.

A gauche, vers le bas, chemin de Croagh Patrick. A droite sur la crête, le chemin de pèlerinage.

La descente est effectivement glissante, ce qui nous vaudra de nombreux fous rires. Les vues sont toujours aussi belles.

Merci Michel !
Merci Michel !

Peu avant le retour au parking, nous longeons un ruisseau. Son eau froide fait un bien fou avec cette chaleur ! Dernières photos puis retour à la voiture après une rando courte (8 km) mais avec du dénivelé (800 mètres !). Bobo les jambes.

Merci Michel !

Retour à Letterfrack par un autre itinéraire que le matin pour la dernière nuit dans le Connemara.

Dimanche matin, dernier footing dans le Parc National avant de reprendre la route pour une longue traversée vers l’Irlande du Nord avec une étape à mi-chemin, à Sligo. 2x3 heures de voiture avec peu de choses qui nous intéressent à voir sur le trajet irlandais.

Si la ville de Sligo n’offre que très peu d’intérêt (hormis, comme dans toute ville, ses pubs qui se font fasse avec de la musique live d’un côté et de la musique radio de l’autre, ce qui crée un brouhaha horrible lorsque l’on est entre les deux), ses environs abritent un très beau lac, le Lough Gill, et le Benbulben, énorme sommet plat. L’Ayers Rock, l’exotisme et la chaleur australienne en moins !

Merci Michel !
Merci Michel !Merci Michel !

Notre soirée « sligotaise », nous permettra même d’assister quelques instants à un match de sports gaéliques dans les environs de la ville !

Merci Michel !
Commenter cet article